Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 février 2011 6 26 /02 /février /2011 13:03

 

Bon sang, je suis trop émotive, sûrement, je me prends tout en pleine face, de plus en plus, de plus en plus violemment – c’est sans doute ça, l'âge, nos histoires trouvent écho dans celles d’autrui, dans toutes celles d’autrui ; on relativise tout d’un côté tandis que la douleur devient universelle de l’autre. Fichu paradoxe, encore un.

 

Bon, tout ça pour vous raconter que je me suis faite hier soir une séance « télévision de rattrapage », comme on dit maintenant, chez moi, dans mon p’tit deux-pièces-au-fond-de-la-cour, un truc de vieille, donc, le chat ronflait, la tisane fumait, Internet internait (bon ça ça ne veut presque rien dire, c’était juste pour briller) et je suis tombée sur Va, vis et deviens, de Radu Mihaileanu, et je fus… transpercée, tétanisée, écartelée, bref, tout ce que vous voulez qui fait mal, extrêmement mal.

 

Excès de sensiblerie, oui, je sais. Et pourtant… Va, vis et deviens conte l’histoire de Schlomo, enfant éthiopien noir de famille chrétienne, que sa mère pousse à fuir en Israël en se faisant passer pour Juif falasha, lors de « l’Opération Moïse ». La caméra de Radu Mihaileanu nous propose de suivre, plus de deux heures durant, la manière dont le jeune homme va se construire partagé entre sa famille adoptive et le souvenir lancinant de sa mère biologique, restée dans un camp de réfugiés en Ethiopie.

 

Voilà, bon, mon résumé est un peu lapidaire, forcément, mais je ne veux rien déflorer et je suis plusieurs heures après encore suffisamment submergée par l’émotion provoquée par ce film pour ne point parvenir à en causer sereinement – j’ajoute qu’en bonne anarcho-communiste que je suis plus ou moins restée je ne suis pas nécessairement très versée dans les subtilités de ces univers. Je me suis donc placée en tant que spectateuse lambda, n’ayant aucun parti pris pro ou anti untel ou untel, j’ai juste vu le côté sentiment humain « universel » de la chose.

 

N’empêche, si vous saviez comme j’en ai marre, de tout ça...

Partager cet article

Publié par Nicole Garreau - dans Diogène de Cinoche
commenter cet article

commentaires

Kashima 26/02/2011 19:00



Ca, c'est du coup de foudre!



Contacter L'auteuse

La Blogueuse

  • Nicole Garreau
  • Fille éperdue.
  • Fille éperdue.

Recherche