Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 avril 2011 3 27 /04 /avril /2011 13:10

 

Priere-d-inserer.jpg

Partager cet article

Publié par Nicole Garreau
commenter cet article

commentaires

camille 28/04/2011 11:34



Cette fort jolie lettre quelque peu tristounette a aussi la potentialité de devenir une sorte d’essentiel "pense-bête" à s'auto-adresser; une liste de souhaits à tenter d'exaucer soi même à
défaut d’espérer encore pouvoir compter sur dieu, qui semble trop occupé ailleurs pour écouter nos suppliques...


Oubliées.


Tout dépend si on croit en "dieu", ou à la possibilité d'avoir à supporter une prochaine vie. Je trouve ce post si tristounet, malgré l'humour bel et bien présent ; et je me reconnais tant
dans ce miroir que tu me présente – ça me touche, forcément… Lire que l'on peut tellement souffrir parfois qu'on en arrive à projeter tous ses espoirs dans une très hypothétique vie postérieure,
plutôt que dans celle dont on dispose et qui n'est qu'une souffrance à endurer sans raison, mais avec laquelle il faut bien, semble t-il, composer... Je te comprends tellement, Nicole.


Dieu y peut il quelque chose? Et nous ; y pouvons-nous quoi que ce soit?


Pour les athées, il ne peut malheureusement subsister que la seconde hypothèse, qui nous rend bien seules faces à nous-mêmes et l’inéluctable autogestion de nos attentes de ce que nous voulons de
nos vies... Mais peut être n’est-ce pas aussi insurmontable que ça y parait ? Peut être est-ce un début de solution, et un petit souffle d'espoir finalement?


"Nos vies rêvées, nous-mêmes, sans l’aide d’aucun dieu, un jour peut être ?"


Je l’espère, et je t’embrasse. Plein d'énormes bisous, c’est toujours ça de pris.



Nicole Garreau 28/04/2011 13:18




Merci de ton commentaire Camille ! Je vais te paraitre présomptueuse mais je crois que je savais que ma petite lettre te « parlerait ».


Perso je n’attends rien, hein, bien sûr, désormais ; ni d’un Dieu, ni des humains, ni même de moi – c’est peut-être cela finalement que l’on nomme l’ataraxie. Le plus drôle est que je la
devrai à la douleur…


Mais je sais que tu sais tout ça, Camille, comme tu sais que je sais que tu sais, comme je sais que tu sais que je sais que tu sais, comme tu…


 


P.-S. Quand tu aimes quelqu’un chéris-le, chéris-la. C’est un lieu commun mais on reconnait le bonheur au bruit qu’il fait quand il s’en va.



Kashima 27/04/2011 16:18



Lettre plagiable à souhait!



Contacter L'auteuse

La Blogueuse

  • Nicole Garreau
  • Fille éperdue.
  • Fille éperdue.

Recherche